Avant de monter votre propre société, vous devez bien choisir un statut juridique adapté à vos attentes. Parmi les statuts les plus appréciés, la SARL ou Société à responsabilité limitée est un régime d’entreprise impliquant plusieurs associés dans la gestion. Découvrez dans cet article les principaux avantages de créer une SARL.

Réaliser des projets collectivement

Monter un projet collectivement permet d’atteindre les objectifs plus efficacement. Sous un statut SARL, vous pouvez collaborer avec d’autres personnes pour créer votre entreprise. Néanmoins, le nombre d’associés ne doit pas dépasser 100 individus. Pendant sa création, chaque participant effectue des apports en capital social pour devenir actionnaire. Vous pouvez cependant vous déclarer sous la forme juridique SARL unipersonnelle (EURL), qui est une société à un seul associé, si vous ne souhaitez pas avoir d’associés tout en ayant les privilèges administratifs d’une SARL.

Sécuriser le projet de création de sociétés

Monter une SARL, c’est choisir une responsabilité limitée au montant de votre contribution en capital social. De ce fait, vous risquez simplement de perdre vos apports dans le cas où la société se retrouve en difficulté. Ainsi, un créancier professionnel (client, fournisseur, etc.) ne pourra pas vous poursuivre personnellement pour vos dettes sociales. Cependant, ce principe n’est pas applicable si un gérant associé commet des fautes de gestion. De la même manière, un capital insuffisant pour la réalisation d’un projet peut engager la responsabilité personnelle des actionnaires.

La liberté sur le montant du capital social

Selon la loi, aucun seuil minimum n’est défini par rapport au capital social d’une entreprise SARL. Le plafonnement du montant du capital n’est pas prévu. Cette forme juridique permet à ses actionnaires de varier le capital de ce fait. Cela peut permettre aux dirigeants d’intégrer de nouveaux associés ou d’en faire sortir d’autres. Cette pratique n’exige aucune procédure d’augmentation ou de réduction du capital social. Il faut noter que le capital variable n’existe pas dans certains statuts juridiques, tels que la Société anonyme (SA) par exemple.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *